Un conseil, un renseignement
03 21 99 20 76
du lundi au vendredi 9h/12h - 14h/17h

Âge et incontinence

L’incontinence urinaire est la perte accidentelle et/ou involontaire d’urine émise par l’urètre. Situation et motif de consultation en pratique urologique, elle touche aussi bien les hommes que les femmes, quel que soit l’âge. Son importance réside dans le fait qu’elle altère considérablement la qualité de vie du patient, d’où l’importance d’introduire une prise en charge adaptée le plus rapidement possible. Loin d’être une pathologie anodine, l’incontinence est cependant facile à gérer. Le véritable problème réside dans la recherche d’une maladie causale parfois beaucoup plus complexe.


Source : La Documentation Française

Fuites urinaires à 4 ans

A cet âge, on l’appelle également énurésie. Elle peut survenir de jour comme de nuit, à un âge où normalement la propreté urinaire est acquise. Un certain retard dans cet apprentissage est fréquent et concerne près d'un enfant sur 2. L’incontinence urinaire de l’enfant est comme une miction complète et normale mais involontaire et inconsciente. Il n’y a généralement pas d’atteinte de l’arbre urinaire.

Si le problème tarde à se résoudre, on peut trouver son origine du côté psychologique, elle est souvent reliée à un événement « marquant » de la vie de l’enfant. Plus rarement, une immaturité du système vésical ou une anomalie de l’inhibition sympathique est en cause. Le recours à la psychothérapie est usuel. Cela étant, il faudra s'inquiéter des troubles énurétiques s'ils ne réduisent pas d'intensité au delà de 5, 6 voire 7 ans.

Gérer l’énurésie chez l’enfant est relativement facile et repose sur les bases de l’acquisition de la propreté, diminuer la prise de boisson avant le coucher ; vider la vessie avant d’aller se coucher et inciter l’enfant à se réveiller et se lever s’il a envie d’aller aux toilettes, dans la nuit comme au petit matin.

Fuites urinaires de 12 à 18 ans

Beaucoup plus rare à cet âge, l’incontinence urinaire est surtout due à une infection urinaire ou à une malformation. Dans la fourchette de 13 ans, 14 ans et 15 ans, la propreté urinaire est censée être acquise. Cependant, un retard de cette acquisition vers 16 ans peut être la cause d’une incontinence. Parfois, des traumas psychologiques peuvent également être mis en question.

La prise en charge du trouble est alors surtout psychologique, et on y associe des mesures d’hygiène telle que la réduction des apports d’eau, la vidange vésicale avant le coucher, et la conscientisation progressive de l’enfant. L’infection urinaire nécessite un traitement médical adapté, et dans le cas des malformations, un traitement médical ou chirurgical peut s’imposer.

Fuites urinaires à 20 ans

L’incontinence urinaire est, à cet âge, le plus souvent due à une irritation de la vessie. C’est la cystite. Elle est habituellement d’origine infectieuse, mais dans certains cas, un ou plusieurs calculs localisés dans la vessie sont à l’origine de l’irritation. Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes. Pour traiter l’incontinence, il convient de traiter en premier lieu la ou les causes sous-jacentes. Ainsi, il faudra associer aux mesures d’hygiène le traitement de l’infection ou des calculs.

Fuites urinaires à 25 ans

Une incontinence urinaire récente à cet âge est, dans la majorité des cas, secondaire à un traumatisme obstétrical ou chirurgical. Chez la femme, on retrouve souvent les notions d’accouchement difficile ou de chirurgie gynécologique ou périnéale. Les tumeurs vésicales peuvent aussi se révéler à cet âge, et les cystites sont encore très fréquentes. Les mesures à prendre pour lutter contre l’incontinence sont surtout hygiéniques. La rééducation du périnée et du sphincter vésical tient une place très importante dans la prise en charge de la patiente. Les traitements médicaux, surtout en cas de cystite associée, sont nécessaires.

Fuites urinaires à 30 ans

Chez l’adulte, les cystites restent les premières causes d’incontinence urinaire, surtout chez la femme. La vidange incomplète de la vessie est aussi un facteur majeur d’incontinence urinaire, de même que les calculs vésicaux. L’hypotonie vésicale, plus rare, est une cause de bon pronostic. La rééducation de la vessie est primordiale pour ne pas altérer à la qualité de vie de la personne incontinente. Elle guérira, dans tous les cas, suite au traitement de la cause sous-jacente, ou sera concomitante à un traitement médical adapté.

Fuites urinaires à 35 ans

La principale forme à cet âge est l’incontinence à l’effort. Parfois secondaire à une chirurgie pelvienne chez la femme, le plus souvent elle résulte d’une poussée abdominale intense ou répétée comme c’est le cas lors de la toux, la constipation ou encore le port de charges lourdes. Il importe de tenter en premier lieu une rééducation de la vessie. A partir de cet âge, il faut privilégier les moyens permettant à l’individu de retrouver une autonomie sphinctérienne normale plutôt que l’utilisation de couches pour adultes qui peuvent créer une dépendance.

Fuites urinaires à 40 ans

A partir de 40 ans, l’incontinence urinaire touche de plus en plus les hommes. Outre les poussées abdominales répétées et intenses, l’augmentation de l’incidence des cancers à partir de cet âge influe fortement sur la fréquence des cas d’incontinence urinaire. La prise de médicaments est également incriminée, surtout les diurétiques, mais l’importance de la prise de toxiques à long terme, comme le tabac et l’alcool n’est pas négligeable. L’hygiène et la prise en charge adaptée des maladies à l’origine de l’incontinence sont incontournables, et l’arrêt des prises de toxiques est capital.

Fuites urinaires à 50 ans

L'incontinence féminine survenant aux alentours de 50 ans provient, pour la plupart du temps, de l'arrivée de la ménopause. Ces flux d'hormones irréguliers causent un relâchement des tissus musculaires chez certaines femmes, et cela provoque un affaiblissement des sphincters, par exemple. Outre les causes chez la femme, les problèmes de prostate augmentent les incontinences masculines. Leur traitement repose généralement sur une rééducation et le traitement de la cause.

Fuites urinaires à 60 ans

L’incidence des cancers et tumeurs pelviens chez les deux sexes explique la prévalence des incontinents à cet âge dont gynécologiques pour les femmes, surtout prostatiques et coliques chez l’homme. Le traitement des cancers est également incriminé avec les radiations et la chimiothérapie entrainant des cystites. L’incontinence est alors traitée par des moyens plus radicaux à savoir la sonde vésicale le plus souvent, ou l’usage de couches pour adultes car il s’y associe souvent une incontinence fécale à ces stades.

L’incontinence urinaire est un trouble non négligeable qui peut toucher toutes les populations. Elle peut altérer intensément la qualité de vie, c’est pourquoi il est indispensable de la prendre en charge. Sa gestion repose surtout sur des mesures hygiéniques et sur le traitement de la pathologie causale, mais une psychothérapie de soutien est souvent utile.

Modifier mes informations
Veuillez saisir votre email. Après validation vous recevrez un mail contenant la marche à suivre pour modifier vos informations
IMPORTANT : les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires