Un conseil, un renseignement
03 21 99 20 76
du lundi au vendredi 9h/12h - 14h/17h

Incontinence après opération chirurgicale

Plus de 3 de français sont aujourd’hui atteints de l’incontinence urinaire. Seulement, la majorité n’ose pas se confier à un médecin. Pourtant, c’est une maladie qui peut très bien être traitée. Il existe des exercices à effectuer, et des médicaments qui peuvent le guérir. Et dans les situations sérieuses, une chirurgie est proposée. Subir l’incontinence urinaire peut engendrer des problèmes psychologiques ainsi que des gênes dans la société, pourtant, il suffit de quelques traitements simples pour en guérir.

La cause de l’incontinence

Aussi bien pour l’homme que pour la femme, l’urine est produite dans les reins, ensuite elle circule dans les uretères et se concentre dans la vessie. Arrivé là, un organe musculaire appelé « sphincter vésical » sert de fermoir qui empêche l’urine de sortir. Ce dernier est stocké à basse pression. Mais lorsque la pression commence à s’élever, c’est-à-dire que le volume d’urine augmente, la personne ressent l’envie d’uriner. C’est alors que le cerveau reçoit l’information et donne l’ordre au sphincter de se lâcher.

Normalement, cet organe doit être fermé en permanence et ne s’ouvre qu’après l’ordre du message nerveux. Dans le cas contraire, il y a une fuite d’urine, donc une incontinence. Celle-ci peut être due à un problème mécanique ou neurologique, ou les deux associés. Toutefois, certaines personnes subissent également cette maladie après certaines opérations chirurgicales effectués prés de l'appareil vésical.

L’incontinence après une promontofixation

Après une opération promontofixation, la personne peut devenir incontinente même si elle ne l’était pas avant l’intervention. Cette incontinence peut être vue tout de suite après l’opération. Dans ce cas, le médecin opte pour une bandelette sous uréthrale. Cet acte se fait pendant cette opération même. Mais dans certains cas, l’incontinence de la personne n’est découverte qu’après l’opération. Pour cela, une rééducation est proposée en réalisant certains exercices.

Les fuites urinaires après opération prolapsus

Le prolapsus ou la descente d’organes est une maladie qui touche seulement les femmes. L’incontinence urinaire peut également être un symptôme de la descente d’organes.

Dans ce cas, il faut vraiment être très vigilant car le non-traitement de cette maladie peut provoquer de très mauvaises conséquences à savoir l’extériorisation des organes génitaux. Cette maladie peut être guérie par une rééducation, mais dans les cas majeurs, comme l’extériorisation des organes, une opération est nécessaire. Lorsque la personne remarque donc ces symptômes : constipation, sensation de pesanteur, incontinence anale et urinaire, il peut s’agir du prolapsus génital.

Les fuites urinaires après prostatectomie

Lorsqu’une personne subit une opération de prostatectomie, il y a de forte chance qu’elle soit victime d’une fuite urinaire après l’intervention. Dans ce cas, un simple exercice des muscles peut faire l’affaire.

Pendant une prostatectomie, il faut éliminer une fraction du sphincter. Ce qui engendre logiquement un dysfonctionnement dans l’accumulation des urines. En effet, le sphincter n’est plus capable de bien fermer la vessie. Ce qui explique les fuites urinaires pendant certains efforts physiques effectués par la personne. Pour cela donc, des exercices de muscles sont indispensables. En gros, ils consistent à contracter les muscles du plancher pelvien et à les relâcher.

Les fuites urinaires après hystérectomie

L’hystérectomie, ou l’ablation de l’utérus, est une action pratiquée pour retirer cet organe de la personne. Cette dernière opération peut également engendrer une incontinence.

Pendant cette opération, il peut surgir des complications comme le prolapsus de la vessie. Dans ce cas, une intervention chirurgicale est indispensable. Elle est ensuite accompagnée d’une rééducation. Elle consiste à faire des exercices permettant aux muscles du périnée de lutter contre le prolapsus.

Les fuites urinaires après pose de bandelette ou la pose tvt

La pose de bandelette est la technique la plus connue pour guérir les fuites urinaires. Cette solution consiste à poser sous l’urètre une petite bandelette TVt ou Tensin-free Vaginal Tape.

La bandelette mesure un cm de largeur et 10 cm de longueur. Ce qui donne la forme d’un petit hamac. Elle est insérée dans le vagin, sous le méat urétral. La bandelette sort sur le pubis ou sur la face interne des cuisses. Pour réaliser l’opération, le patient est mis sous anesthésie péridurale ou local. L’opération dure généralement 30 minutes. Ensuite, le patient n’est retenu dans l’hôpital que 24 heures, en portant une sonde urinaire. Après avoir vérifié que la vessie se vide bien. L’effet est immédiat et le patient peut essayer tout de suite son efficacité. Pour cela, elle n’a qu’à tousser et elle verra s’il y a encore des fuites. C’est une technique qui est très efficace.

Modifier mes informations
Veuillez saisir votre email. Après validation vous recevrez un mail contenant la marche à suivre pour modifier vos informations
IMPORTANT : les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires