Un conseil, un renseignement
03 21 99 20 76
du lundi au vendredi 9h/12h - 14h/17h

L'incontinence et ses solutions

L’incontinence représente un énorme souci de santé publique, notamment en France avec plus de 3 millions de cas recensés, sans compter les sujets qui n’osent pas se dévoiler. Effectivement, cette affection a été constamment source de sujet tabou, et la plupart des concernés se cachent, n’hésitent pas à se montrer ni même à consulter un médecin. Pour certains, elle est considérablement négligée. Pourtant, c’est une pathologie qui se traite et qui se guérit lorsqu’elle est prise en charge à temps. Malgré l’avancée de la médecine et des différents traitements, les gens se posent toujours des questions à propos des troubles liés à ce problème urinaire. Les solutions adoptées pour la prendre en charge dépendent de chaque cas car elle peut être liée aux spécificités physiologiques, aux antécédents chirurgicaux, à la période de la vie, au sexe ou à l’âge du sujet. Dans tous les cas, sa prise en charge est cruciale car elle altère au quotidien des individus touchés, avec les désagréments comme l’odeur, l’inconfort et la gêne.

Que faire face à l’incontinence ?

Lorsqu’une personne a des fuites urinaires ou n’arrive plus à se retenir, quelle que soit la cause, il doit impérativement se prendre en main et faire face à la situation. Dès que le cas se présente, la première chose à faire est de se protéger pour éviter les mauvaises odeurs, l’écoulement d’urine et tout autre désagrément pouvant survenir. Le type de protection peut aller d’un simple protège-slip au système plus performant selon la gravité et la quantité de l’urine.

L’étape suivante, faisant des primordiales, est la consultation d’un généraliste ou d'un spécialiste (urologue, gynécologue...). Ces derniers prescriront les traitements à suivre, qu’il s’agisse de médicament, d’exercices physiques, d’une rééducation ou d’une intervention chirurgicale. Les recommandations du praticien sont à respecter scrupuleusement.

Comment gérer l’incontinence ?

Malgré les désagréments causés par l’incontinence, un individu touché peut vivre normalement et décemment en sachant gérer ce problème. Ce n’est pas une fatalité ni un tabou, c’est juste le résultat d'une pathologie comme les autres et qui se soigne. Il faut donc en parler, et ne pas se replier sur soi-même pour pouvoir le gérer. Bien évidemment, il faut voir un médecin. En plus des diverses recommandations médicales, le sujet doit avoir une bonne hygiène de vie et éviter la consommation de certaines substances. La caféine, la cigarette, les boissons gazeuses et l’alcool sont les plus à proscrire. Ces derniers sont les plus dangereux. Les aliments acides et les plats épicés sont également à limiter. L’idéal serait de manger sainement, et boire de l’eau en quantité suffisante.

L’activité physique, notamment les exercices de Kegel, sont à effectuer quotidiennement, majoritairement pour les femmes souffrant d'incontinence. Ces mouvements permettent aux muscles du plancher pelvien de se fortifier, donc d’aider le système d’évacuation de l’urine.

Comment combattre et guérir l’incontinence ?

Prise de médicaments

Une consultation médicale s’impose lorsque l’incontinence persiste malgré les exercices. Le traitement administré par les médecins est en fonction du degré de gravité et du type d’incontinence.

Le patient doit se conformer strictement aux prescriptions de son médecin.

Parfois, le soin médicamenteux consiste en des prises d’hormone substitutive, en un traitement d’infection urinaire, en l’élimination des agents pathogènes perturbateurs du fonctionnement de la vessie, ou autres.

La rééducation périnéale

L’autre manière qui aide à arrêter l’incontinence est la musculation du périnée. Cette pratique est assistée par un kiné qui guide le patient sur l’exercice de contraction périnéale à faire. L’utilisation ou non d’une sonde vaginale dépend de chaque cas. Néanmoins, cette musculation vise à muscler davantage le sphincter. Si jamais, ces exercices ne suffisent pas et qu’il y ait toujours des fuites urinaires, le praticien doit adopter d’autres pratiques pour stopper et guérir l’incontinence.

Vitamine E

En commençant par les prises en charge légères, il est possible de combattre l’incontinence avec une cure de vitamine E.

Elle est surtout efficace pour apaiser les fuites causées par la ménopause et l’accouchement.

Elle peut se consommer sous forme de compléments alimentaires tout comme elle est présente dans les aliments tels que les salades, les épinards, les choux, les asperges, les œufs, le foie, le lait entier, et les germes de céréales.

Intervention chirurgicale

Si encore, les médicaments s’avèrent inefficaces, le recours à l’opération peut être sollicité. C’est le spécialiste qui définit le type d’intervention à faire sur un patient. Parmi les opérations servant à guérir l’incontinence, il y a la mise en place d’une prothèse sphinctérienne et l’installation de bandelettes sous l'urètre.

Solution pour l’incontinence anale

Les solutions pour maîtriser l’incontinence anale sont nombreuses et varient selon la situation de chaque patient. Les plus recommandés par le médecin sont le changement alimentaire, la rééducation intestinale, et l’utilisation de bouchon pour incontinence anale. Pour les plus avancées, il y a l’administration de médicaments (les produits ramollissant les selles, les laxatifs, l’antidiarrhéique, et les suppléments de fibres), les produits injectables péri-anaux, la modulation des nerfs sacrés, et la chirurgie (comme la colostomie, l’hémorroïdectomie, l’intervention pour prolapsus rectocèle et rectal, et la réfection du sphincter anal).

Qu’il s’agit d’incontinence urinaire ou fécale, c’est une affection comme les autres. Elle peut être prise en charge et se guérir de plusieurs façons. Il est recommandé aux personnes touchées de consulter, sans plus tarder, un médecin.

Modifier mes informations
Veuillez saisir votre email. Après validation vous recevrez un mail contenant la marche à suivre pour modifier vos informations
IMPORTANT : les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires