Un conseil, un renseignement
03 21 99 20 76
du lundi au vendredi 9h/12h - 14h/17h

Tension artérielle

Pas de consultation médicale sans prise de tension ! Mais combien de patients savent précisément à quoi correspondent les deux chiffres de la tension artérielle ? Que mesurent-ils exactement ? Pour mieux comprendre et mieux gérer les problèmes de tension, quelques éclaircissements s'imposent.

La tension artérielle, qu'est-ce que c'est ?

Le cœur est un muscle qui fonctionne comme une pompe. Lorsqu'il se contracte, il propulse le sang dans les artères, fournissant l'oxygène nécessaire au fonctionnement des cellules. Le flux sanguin ainsi créé possède une force maximale qui s'exerce sur les parois des artères : c'est la pression artérielle systolique. Sa mesure correspond au premier chiffre de la prise de tension à l’aide d’un tensiomètre de grande marque.

Entre deux contractions, le cœur se relâche et la pression du sang dans les artères est alors minimale : c'est la pression artérielle diastolique. Sa mesure correspond au second chiffre de la prise de tension.

Tension normale et facteurs de variabilité

Une tension dite "normale" est de 12/7. Cependant de nombreuses variations peuvent l'affecter sans que cela présente un risque. En effet, la pression artérielle est plus forte en cas de stress, et l'environnement médical peut en être un. Elle peut également varier selon le moment de la journée, selon l'activité physique fournie auparavant. L'âge et le sexe sont aussi à prendre en compte : la tension artérielle a tendance à augmenter avec l'âge et les femmes ont souvent une tension plus basse que les hommes.

On parle d'hypertension artérielle lorsque la tension systolique est de 14 ou plus, ou la tension diastolique de 9 ou plus. Le diagnostic demande cependant à être confirmé par trois mesures successives, au repos, et dans un délai de plusieurs mois.

L'hypertension, silencieuse et sournoise.

L'hypertension ne se laisse détecter par nul symptôme précis. Lorsque les symptômes tels que maux à l'arrière du crâne, saignements de nez, palpitations, bourdonnements dans les oreilles, apparaissent, l'hypertension est souvent déjà bien installée. C'est pourquoi il est indispensable de faire mesurer sa tension au moins une fois par an, surtout lorsque des facteurs de risques sont révélés. En effet, s'il est difficile de découvrir une cause explicite à l'hypertension artérielle, certains éléments peuvent la laisser présager.

L'âge en est le premier. En vieillissant, les vaisseaux deviennent moins élastiques et la pression artérielle augmente, comme à l'intérieur de conduits trop étroits. La surcharge de poids, le diabète, la consommation de tabac, le manque d'activités physiques et une alimentation trop riche accentuent les risques d'hypertension. Pour les femmes jeunes, la contraception orale et, pour celles de plus de 50 ans, la ménopause constituent des facteurs de risques. Les antécédents familiaux sont également à prendre en compte.

Diminuer les risques par une bonne hygiène de vie

Si l'on ne peut guère agir sur des facteurs comme l'âge ou les antécédents familiaux, il est possible de faire baisser sa tension artérielle en suivant certaines règles de vie et de diététique : arrêt de la consommation de tabac ; alimentation restreinte en graisses et en sel et riche en fruits et légumes ; activité physique régulière ; diminution de la consommation d'alcool ; perte de poids.

Lorsque l'hypertension artérielle est avancée, la prise de médicaments est indispensable afin de faire baisser artificiellement la pression sanguine dans les artères.

Et l'hypotension ?

À l'inverse de l'hypertension, l'hypotension est une baisse importante de la pression sanguine. Elle peut être causée par un passage trop brutal de la position couchée à la position debout. On parle alors d'hypotension orthostatique. La prise de certains médicaments peut la favoriser, ainsi qu'un alitement de longue durée, une déshydratation ou la consommation d'alcool. Si elle est anodine et ponctuelle dans la plupart des cas, elle peut aussi être le symptôme d'une hémorragie ou d'une maladie du système nerveux. Vertiges, nausées, faiblesse musculaire, vision brouillée en sont les signes.

Pour la prévenir, il est conseillé de se lever en passant d'abord par la position assise.

L'hypotension postprandiale, quant à elle, est une chute de la tension artérielle dans les deux heures qui suivent un repas.

Souvent occasionnelle, l'hypotension peut malgré tout être le symptôme d'une maladie plus grave et si elle devient régulière ou si les troubles sont pénibles, il est nécessaire de consulter.

En savoir plus sur la tension et les tensiomètres

Modifier mes informations
Veuillez saisir votre email. Après validation vous recevrez un mail contenant la marche à suivre pour modifier vos informations
IMPORTANT : les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires